Soumission chimique

La soumission chimique est définie comme l'administration de substances psychoactives à des fins délictuelles ou criminelles. Sa prévalence semble en augmentation. Elle touche surtout les personnes vulnérables : femmes seules, enfants, personnes âgées, qui sont victimes d'agressions sexuelles, d'actes de pédophilie, de vols ou violence physique. Outre les hypnotiques/anxiolytiques (benzodiazépines), toutes les substances psychoactives peuvent être en cause. Pour mieux détecter les cas de soumissions chimiques et les documenter, un système de recueil va être mis en place. Une fiche de recueil de données sera diffusée dans les services d'accueil et de traitement des urgences. La prise en charge d'un cas de soumission chimique comporte un interrogatoire de la victime pour préciser les circonstances et les symptômes observés, un bilan somatique recherchant notamment les signes de violence sexuelle (première cause de soumission chimique) ou de prise de produits psychoactifs et un dépistage toxicologique reposant sur des prélèvements sanguins et urinaires effectués dans des conditions rigoureuses. Un suivi psychologique est indispensable. Pour mieux déterminer l'ampleur du problème, un réseau de collecte et d'analyse de cas sera mis en place par l'AFSSAPS en collaboration avec les laboratoires de toxicologie analytique, les centres antipoison, les CEIP, les centres de pharmacovigilance et l'observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT). Les données collectées seront évaluées périodiquement.

search