Consommation de Datura : A propos de 5 hospitalisations notifiées au CEIP de Lyon au cours de l'été

Les daturas (_D. stramonium_, _D. metel_, _D. ferox_…), végétaux appartenant à la très vaste famille des _Solanaceae_, poussent dans nos régions à l’état sauvage et sont cultivées à but ornemental. Toute la plante contient divers alcaloïdes (atropine, hyosciamine scopolamine) doués de propriétés hallucinogènes. Ces propriétés ont été recherchées par les Indiens d’Amérique au cours de rites divinatoires et ont été à l'origine de soumission chimique déjà d’actualité au XVIII[^eme^] siècle, époque où les « endormeurs » offraient des prises de tabac contenant du datura à leurs futures victimes... Le _D. stramonium_ utilisé sous forme de cigarettes présentées comme sédatives de l'asthme, a été retiré du marché français en 1992 suite à des intoxications accidentelles et à des détournements d’usage. De fait, les daturas font l’objet d'une toxicomanie avérée. Le plus souvent, ce sont les feuilles ou les graines qui sont fumées ou ingérées, parfois après infusion. Durant l’été 2003, le CEIP de Lyon a recueilli 5 cas d’intoxications volontaires au datura. Ces intoxications ont été rapportées chez des jeunes de 16 à 19 ans dont un polytoxicomane (cocaïne, ecstasy et amphétamine) et quatre autres ne rapportant qu'un éventuel usage occasionnel de cannabis. Les patients ont ingéré la plante sous différentes formes : graines achetées lors d'une "rave party" pour l'un, feuilles cueillies et consommées en salade pour 2 autres, infusion et décoction pour les 2 derniers (l'un ayant suivi une "recette" diffusée dans un hebdomadaire). Chez 3 patients, il existait une notion de consommation associée de cannabis. Tous ces patients ont été hospitalisés en raison d'hallucinations (principalement visuelles et parfois auditives) associées à une agitation et à une mydriase (ou un flou visuel). Les autres symptômes rapportés ont été : une tachycardie (3 patients), une rétention urinaire (1 patient) et une hyperthermie à 38°C (1 patient). L'évolution a été favorable en quelques heures à 4 jours. L’intoxication au datura induit un syndrome atropinique typique. Les premiers symptômes, d’instauration rapide, incluent une sécheresse buccale et des troubles visuels. Apparaissent ensuite les hallucinations - visuelles, auditives, voire tactiles - ainsi que les troubles du comportement à type de confusion, agitation et agressivité. La survenue d’une mydriase bilatérale est constante et peut être associée à une tachycardie, un flush cutané, une hyperthermie, une rétention urinaire. Dans les formes les plus graves, peuvent apparaître des convulsions et un coma. La guérison survient généralement en 24 à 48 heures, la mydriase pouvant persister quelques jours. Il existe néanmoins un risque de décompensation psychotique chez les sujets prédisposés. Les décès sont rares et souvent liés à des actes inconsidérés dus aux troubles psychiques (défenestration, noyade…).

search