Combustion issue d'une stérilisation à chaud "oubliée" par de jeunes parents fatigués...

Petit incident quand les parents préfèrent la tétine au téton ou conséquence de la stérilisation prolongée, donc sans eau à la fin, des biberons, tétines et petits objets en plastique ou caoutchouc (mouchettes, petits jouets) : il y a de la fumée sans feu au logis. La nature exacte de la matière des divers objets n'est pas connue. L'impression générale qui découle de l'étude des cas est celle d'une constante bénignité. Quarante appels reçus par le CAP de Lyon ont été épluchés; 40 cas sont restés sans traitement et sans suite. Dans les plaintes mentionnées, on note des odeurs incommodantes, de la toux chez l'enfant, de rares nausées, des céphalées chez les parents qui ont pu signaler une irritation des voies aériennes supérieures. Quatre patients ont consulté aux urgences hospitalières, deux demandeurs ont vu leur médecin. Les matières dégagées ne sont certainement pas anodines, mais la quantité des émanations est à l’évidence insuffisante pour entraîner des troubles conséquents.

search