Question/Réponse : Respect de la législation concernant le benzène

Question  : La législation concernant le benzène (décret du 6 septembre 1991 imposant une teneur ≤ 0,1 % en poids dans les solvants à usage industriel) est-elle réellement respectée ?

Réponse  : Oui. C'est ce qui ressort de plusieurs enquêtes analytiques effectuées par divers organismes comme l'INRS, et dans notre région par le Service Prévention de la CRAM. Les dosages ont porté sur des solvants, diluants, vernis, peintures, colles et encres de provenances diverses: industrie pétrolière, distributeurs, fabricants de produits de revêtement. Ils ont montré des taux inférieurs, voire très inférieurs, à la valeur règlementaire, qui était déjà de 0,2 % depuis 1986 (décret du 13 février). Or, il est parfaitement démontré qu'une teneur ≤ 0,1 % garantit un taux atmosphérique de benzène au poste de travail < 1 ppm, concentration dont il a été prouvé qu'elle n'augmentait pas le risque de leucémie.

En conséquence, il faut abandonner la surveillance hématologique systématique des sujets exposés aux solvants organiques. Celle-ci doit cependant être conservée en cas d'exposition ancienne au benzène (avant 1975), en raison du caractère retardé des atteintes sanguines. L'exposition aux éthers de glycol à chaîne courte (et leurs acétates), également myélotoxiques, représente une seconde exception.

En fait, les carburants automobiles sont actuellement la principale source d'exposition au benzène; ils échappent au champ d'application du décret et les essences sans plomb peuvent en contenir jusqu'à 5 %. Sont particulièrement exposés les mécaniciens automobiles, qui utilisent fréquemment le carburant comme agent de nettoyage, des pièces de moteurs mais aussi de leurs mains ! Outre l'inhalation des vapeurs, l'exposition résulte surtout de l'excellente pénétration du benzène par voie percutanée. Une information répétée concernant le risque et l'hygiène de travail sont nécessaires, complétée par une surveil-lance biologique adaptée, effectuée par le Médecin du Travail.

Plus généralement, on peut se demander si le terme de carburant "vert" appliqué à l'essence sans plomb est adéquat. Le benzène est-il plus "vert" que le plomb tétraéthyle ? Le débat est ouvert...

search