Question/Réponse: toxicité de la glycine

h4. Question bq. __Un enfant de 7 ans, 28 kg présente 3 vomissements en l'espace d'une demi heure. L'enfant a joué dans le jardin et les parents suspectent l'ingestion de graines de glycine. Après interrogatoire, il avoue en avoir mangé 5. Est-il habituel d'observer de tels troubles digestifs dans ce cas? D'autres manifestations peuvent-elles survenir? Quelle conduite a tenir faut-il adopter?__ h4. Réponse La glycine ou wistaria est une plante ornementale grimpante de nos jardins. Toute la plante, mais principalement les gousses (cosses et graines), contiennent des principes actifs toxiques dont des lectines (phytoagglutinines) des saponosides, et des hétérosides glucosidiques, en particulier la wistarine, composés astringent de saveur amère. En Asie, la consommation de jeunes feuilles ou de fleurs cuites en beignets ou bouillies est rapportée. La toxicité ne semble concerner que la plante crue. Les fleurs qui s’épanouissent au printemps sont peu susceptibles d'entraîner des troubles, les quantités ingérées chez l'enfant étant en règle générale insuffisantes. Par contre les gousses dures, de 12 à 15 cm de long, contenant chacune 3 à 5 graines plates, qui apparaissent à l'automne et peuvent exploser spontanément ou persister sur la plante jusqu'à la saison suivante, sont suffisamment chargées en principe actif pour induire une intoxication. L'ingestion de graines, même en petit nombre, entraîne des vomissements, souvent profus, des douleurs digestives et plus rarement des diarrhées. Une atteinte de l'état général avec une asthénie persistant plusieurs jours est assez fréquemment constatée. Ces signes s'observent dès l'ingestion d'une graine chez l'enfant et de 4 à 6 graines chez l'adulte. Les troubles neurologiques et circulatoires évoqués en théorie par certains auteurs n'ont été rapportés dans aucune publication d'intoxication humaine. Ces intoxications restent rares. Aucun décès n'est décrit, pas plus dans la littérature que dans les cas rapportés au centre antipoison de Lyon. Si l'ingestion de fleur chez le petit enfant reste bénigne et n'impose aucune conduite à tenir spécifique, le risque lié à la consommation de graines ne doit pas être sous estimé. Chez l'enfant, la survenue de vomissements itératifs imposa une surveillance hospitalière et une réhydratation.

search