Risques de réactions d’hypersensibilité à la pristinamycine.

La pristinamycine (Pyostacine®) est le seul représentant encore commercialisé en France de la famille des synergistines. Son activité principalement anti-staphylococcique explique son utilisation dans les infections cutanées, osseuses et ORL. Son profil de toxicité est marqué par une proportion importante d’effet indésirable correspondant à des manifestations d’hypersensibilité immédiate ou retardée. Ainsi, en 2010, ces manifestations représentaient près de 75% des effets indésirables notifiés au système nationale de Pharmacovigilance et pour lesquels la pristinamycine était considérée comme médicament suspect. Les réactions d’hypersensibilité retardée sont majoritaires (environ 2/3 des cas), se traduisant le plus souvent par des éruptions érythémateuses sévères et nécessitant une hospitalisation dans la moitié des cas. On retrouve également des cas de syndrome d’hypersensibilité (DRESS) et de toxidermies bulleuses graves dans lesquelles le rôle de la pristinamycine a pu être confirmé par la positivité des tests épicutanés. Surtout, la pristinamycine est une cause majeure de pustulose exanthématique aigue généralisée (PEAG), pathologie pouvant survenir dès le premier jour de traitement et associant une éruption cutanée pustuleuse, une fièvre et une hyperleucocytose pour laquelle une prise en charge hospitalière est souvent nécessaire . En effet, dans la dernière publication des cas de PEAG issus du registre international Regiscar, la pristinamycine, bien que commercialisée uniquement en France, est suspectée dans plus de 10% des cas. Ces données confirment celles d’une étude de pharmacovigilance française portant sur les PEAG notifiées entre 1985 et 2001 et qui retrouvait la pristinamycine comme médicament le plus fréquemment associé à ce risque, avec un rôle évoqué dans 18% des cas de PEAG. La pristinamycine est également impliquée dans des réactions d’hypersensibilité immédiate dont le spectre va de la simple urticaire au choc anaphylactique avéré.

La pristinamycine est un anti staphylococcique efficace y compris sur certaines souches multi-résistantes. Compte tenu de son profil de tolérance médiocre et afin de limiter l’apparition de résistance, sa place devrait probablement être réservée aux infections graves et documentées à staphylocoques. Dans les autres situations (prophylaxie, antibiothérapie probabiliste…), nous pensons qu’une alternative ayant un meilleur rapport bénéfice-risque doit lui être préférée.

search