Les fluorures en milieu domestique

De plus en plus, les produits de bricolage se rapprochent des produits utilisés par les professionnels et comportent un risque non négligeable lors de leur manipulation sans précaution par des particuliers non avertis. C'est le cas de l'acide fluorhydrique (HF) et des fluorures acides présents dans des anti-rouilles pour tissus, des éclaircisseurs pour bois, des décapants pour métaux, certains produits de rénovation des façades. La formulation de ces produits comporte en effet de l'HF dilué (1 à 30 %) ou du bifluorure d'ammonium (HNH4F2, 3 à 20 %) qui libère de l'HF lorsqu'il se dissocie en solution aqueuse.

L'HF, même à ces dilutions, est fortement caustique. Contrairement aux autres acides minéraux dont la causticité provient essentiellement des ions H+, le pouvoir corrosif est lié à l'ion F-, extrêmement réactif. Si l'effet caustique est instantané avec l'HF anhydre ou concentré ( > 50 %), il est en revanche volontiers torpide avec les solutions diluées, passant inaperçu au début. Les 2 circonstances les plus fréquentes lors des accidents domestiques sont l'utilisation prolongée sans gants de protection d'un éclaircisseur pour bois, et le port sans rinçage préalable d'un vêtement traité par un anti-rouille.

Projection cutanée

La projection sur la peau d'HF dilué provoque des brûlures chimiques d'apparition retardée, 2 à 8 heures après le contact. La douleur, s'intensifiant progressivement, s'accompagne d'un blanchiment de la peau avec œdème et érythème, parfois de phlyctènes puis d'ulcérations. La localisation aux doigts, fréquente, est particulièrement douloureuse en raison de l'atteinte sous-unguéale associée.

La prise en charge comprend d'abord, comme pour toute brûlure chimique, une décontamination soigneuse par lavage abondant à l'eau courante pendant 10-15 mn. Elle est suivie, en milieu hospitalier, d'un traitement neutralisant spécifique par application de gluconate de calcium: La très forte affinité de l'ion F- pour le calcium aboutit à sa précipitation sous forme de CaF2 insoluble et stable, d'où l'effet antalgique. Les modalités pratiques d'administration sont fonction de la localisation et de l'étendue des brûlures : trempage dans une solution à 10 % pour les extrémités des doigts, application de compresses imbibées, massage avec un gel à 2,5 %… La guérison se fait sans séquelle si la prise en charge est précoce; dans le cas contraire, un traitement chirurgical peut, bien que rarement, être nécessaire.

Le risque d'intoxication aiguë systémique par le fluor est nul avec l'HF à ces concentrations et dans ces circonstances.

Projection oculaire

La projection dans l'œil d'HF dilué se traduit par une intense kérato-conjonctivite caustique, dont les aspects cliniques et évolutifs sont non spécifiques. La décontamination doit être immédiate, lavage oculaire abondant et prolongé (15 mn) à l'eau courante, suivie d'une hospitalisation systématique pour bilan lésionnel et instillation de gluconate de calcium à 1 %.

Ingestion

Accidentelle ou volontaire, l'ingestion d'antirouilles ménagers reste heureusement exceptionnelle. Le tableau clinique associe un tableau digestif caustique (douleurs rétrosternales et abdominales intenses, hypersalivation, dysphagie, ulcérations buccales et œso-gastriques à l'endoscopie) à des signes neuro-musculaires (myoclonies, convulsions) et cardiovasculaires (troubles de conduction avec notamment allongement de l'espace QT, collapsus, fibrillation ventriculaire récidivante) en rapport avec une profonde hypocalcémie.

Compte-tenu de la gravité potentielle de cette intoxication, la neutralisation sur le lieu même de l'accident est un geste utile: on pourra faire absorber à la victime des sels de calcium, ou à défaut de l'hydroxyde d'aluminium (Maalox®, Phosphalugel®…), voire des yaourts ou du lait. L'hospitalisation d'urgence en milieu spécialisé est ensuite impérative : bilan et prise en charge des lésions caustiques, traitement de l'état de choc, maintien de la calcémie, hémodialyse…

search